« La fraude au président » : cela n’arrive pas qu’aux autres

Article publié le 28 janvier 2016 par dans Dirigeant ; Protection ; Contrôle

« La fraude au président » : cela n’arrive pas qu’aux autres.

Il s’agit d’une escroquerie qui consiste à « convaincre le collaborateur d’une entreprise d’effectuer en urgence un virement important à un tiers pour obéir à un prétendu ordre du dirigeant, sous prétexte d’une dette à régler, de provision sur un contrat…..».

Les méthodes sont diverses mais l’arnaque débute le plus souvent par une usurpation d’identité. Le salarié, croyant avoir affaire à un ordre venant de niveaux hiérarchiques supérieurs, sous pression car contraint d’agir dans la confidentialité et la précipitation, va effectuer l’opération demandée sans se douter de la supercherie et devenir, malgré lui, la cause de milliers voire de millions d’euros perdus.

Comment se prémunir ?

ATTENTION
Il faut mettre en place un système fiable de contrôle de l’information, ainsi que des dispositifs de contrôle interne solides. Il faut informer et sensibiliser l’ensemble de l’entreprise au maximum afin que chaque employé puisse savoir comment identifier une tentative de fraude. Il faut instaurer des procédures internes sécurisées et être vigilant face à toute demande urgente qui ne respecte pas ces procédures.

Il faut se protéger des mails douteux, éviter de communiquer des informations sur l’entreprise au téléphone, même au niveau du standard, faire la chasse aux informations confidentielles laissées au vu et au su de tous et sécuriser fortement les flux informatiques.

Il est nécessaire de séparer les pouvoirs de signatures sur 2 collaborateurs et de définir des procédures de contrôle lors des changements de coordonnées bancaires des bénéficiaires de virements. Il est conseillé de veiller à la cohérence des chaînes de délégations de pouvoirs.

Attention toutefois à ne pas se laisser aveugler par ces outils. Il est nécessaire de faire appel au bon sens, car les fraudeurs tentent de contourner ces procédures par le chantage et la persuasion. Il ne faut pas hésiter à appeler l’interlocuteur dont l’identité a peut-être été usurpée, même si cela prend plus de temps et ce, même si sa place dans l’organigramme est élevée.

0 commentaire(s)

A PROPOS DE L'AUTEUR

logo-papin-2
Cabinet Papin & Associés